Forêts

Yvonne Calsou qui nous accompagne depuis longtemps et que l’on suit passionnément.
Elle expose jusqu’à la fin du mois de février aux ateliers des Arques, dans le Lot, suite à une résidence menée dans un Ehpad.

La forêt vibre de lumière et de transparence. Avec le temps.

« Et pourtant la forêt fera son travail de forêt. Lentement, au fur et à mesure que la nuit se fait sûre, que les étoiles s’installent et girent lentement, lente courbe dans le ciel, la forêt disperse ses arbres ou les resserre, laisse entendre le froissement d’ailes des nocturnes ou bien, dans l’humus, concentre ses lents frémissements. À un moment la chaleur émane de l’humus, la forêt bout, plus tard la vapeur se dégage, les étoiles brillent plus fort, rien n’existe que la forêt, que la nuit, les arbres s’écartent, le ciel scintille, le forêt se contracte, la vapeur apparaît, il va bientôt faire jour. »

Colette Mazabrard, Monologues de la boue, éditions Verdier, 2015

S1690025brS1610004